Comité Départemental des Pêches Maritimes et des Élevages Marins des Côtes d'Armor - CDPMEM 22

la coquille Saint Jacques : Une ressource de la Baie de Saint Brieuc

A la une

Communiqué de presse : reprise de la campagne géotechnique - projet de parc éolien de Saint-Brieuc

ilustrationactu

  Bonjour à tous,   Vous trouverez ICI, le communiqué de presse communément rédigé par le CDPMEM22, le CDPMEM 35 et le CRPMEM Bretagne au sujet de la décision annoncée par Ailes Marines de reprendre sa campagne géotechnique en…

[+] Lire la suite

RAIE BRUNETTE 2018

Tout au long de l’année 2017, les structures professionnelles bretonnes se sont fortement mobilisées et opposées à la pêche scientifique contingentée de la raie brunette dans l’objectif d’ouvrir une pêche commerciale à tous…

[+] Lire la suite

THON ROUGE Courrier DPMA

ilustrationactu

[+] Lire la suite

BAR 2018 - Demande de licence

ilustrationactu

   A télécharger : Demande de licence BAR CNPM 2018 + Notice explicative Et également le règlement européen (JO du 31/01/18) + note France Filière Pêche 1/ Pour les métiers du filet et de l'hameçon : Compte tenu de la…

[+] Lire la suite

Relevé Conclusions Conseil 8/12/17

A la demande de certains pêcheurs non membres du Conseil du CDPMEM22, il a été décidé de mettre sur le site du Comité un relevé de conclusions des réunions du Conseil afin d'informer les pêcheurs des différentes décisions…

[+] Lire la suite


Les dernières actualités

Dossier éolien : le point quelques mois après l'obtention des autorisations pour Ailes Marines et RTE

Des autorisations administratives accordées, pas le feu vert des marins-pêcheurs!

 

Le 18 avril dernier, le Préfet des Côtes d’Armor a délivré aux sociétés Ailes Marines et RTE (raccordement du parc éolien) les autorisations concernant la réalisation du parc éolien et de son raccordement.

 

Des autorisations dans lesquelles ont été intégrées à la demande des instances de pêche (CDPMEM22 ; CDPMEM 35 ; CRPMEM Bretagne) de nombreuses prescriptions qui devront apporter,  avant le début des travaux, des garanties sur l’ensouillage de la totalité des câbles (et donc le maintien de l’ensemble des activités de pêche) et des réponses concernant les impacts de la phase de construction (notamment bruit et turbidité) sur les ressources halieutiques.

 

A ce sujet, les instances de pêche interpellent Ailes Marines sur la nécessité de travailler en étroite concertation avec les instances de pêche sur ces sujets mais également de tenir ses engagements sur la co-construction des études environnementales sur les ressources halieutiques (état de référence/suivi des ressources halieutiques et études spécifiques sur les impacts du bruit/turbidité/électromagnétisme sur ces espèces).

 

Ces études (techniques  et environnementales) seront le fruit de la concertation avec les professionnels et se feront avec la profession ou ne se feront pas. Les professionnels de la pêche ajoutent que même si des autorisations ont été délivrées à Ailes Marines, le chemin est encore long avant une éventuelle construction, et le feu vert de la profession sera dépendant de la qualité des études environnementales, de leur construction avec la profession et de leurs résultats.

 

Les comités des pêches rappellent enfin que ce projet se fera uniquement dans le respect des engagements pris envers la profession depuis 2010 : la garantie d’un maintien de l’ensemble des activités préexistantes par un ensouillage de la totalité des câbles et la garantie d’obtenir, avant le début de la construction, des réponses sur les impacts des phases de travaux (bruit/turbidité) sur les espèces d’intérêt halieutique.

 

Le projet avance mais ces garanties ne sont toujours pas apportées à la profession. Or ces éléments ne sont pas nouveaux. Ce sont des conditions majeures d’acceptabilité du projet mentionnées par la profession dès 2010 afin de d’assurer que ce projet ne se fera pas au détriment des actions de préservation et de gestion des espèces mises en œuvre par les professionnels de la pêche en baie de Saint-Brieuc.

[+] Lire la suite


Communiqué Presse QUOTAS 2018

[+] Lire la suite


Hydroliennes de Paimpol-Bréhat : communiqué de presse du CDPMEM 22

 

EDF et Naval Group mettent fin aux essais hydroliens au large de Paimpol-Bréhat : que fait-on du câble ?

 

Lundi 6 novembre 2017, les pêcheurs professionnels et leurs représentants apprenaient, uniquement par voie de presse, l’arrêt des essais par EDF et Naval Group des hydroliennes expérimentales au large de Paimpol-Bréhat. Les pêcheurs professionnels ont été sollicités dès 2007 pour travailler sur la définition de ce projet. Si la concertation a été très vivace les premières années du projet, le dialogue était beaucoup moins riche depuis les différents « incidents » survenus sur le projet : chute et immobilisation d’une machine en rade de Brest, immersions et relèves successives pour réparation des hydroliennes sans produire un seul mégawatt, et dernièrement, des problèmes de corrosion…  

Dès 2012, un câble de 15 Km de long a été installé sur le fond entre Ploubazlanec et le plateau de la Horaine… alors qu’il n’y a jamais eu de production d’électricité. Et voilà que maintenant, les hydroliennes corrodées parties en révision ne reviendront jamais.

EDF et Naval Group se veulent rassurant et souhaitent conserver le site (et le câble toujours posé sur le fond) pour d’autres essais de technologies. Pourtant, dès le début du projet, un site pilote pour la technologie hydrolienne géré par France Energie Marine a été adossé au site d’EDF. Aucune autre machine n’y a jamais été raccordée pour être testée. Pourquoi en serait-il autrement dans le futur ?

Les pêcheurs craignent que cet exemple ne soit que le premier d’une longue série dans le domaine des Energies Marines Renouvelables, fortement soutenu par les politiques : des sommes colossales engagées, des promesses non tenues, des impacts environnementaux mal évalués, et finalement pas de retour local sur l’investissement des premiers concernés.

Cette expérience laisse les pêcheurs professionnels dans l’incompréhension et la méfiance. Et avec une question en suspens : que fait-on du câble resté au fond de l’eau ?

[+] Lire la suite


COZINOX

La nouvelle équipe de COZINOX vous propose son savoir faire en chaudronnerie-soudure Inox et Aluminium, conception, fabrication et réparation d'équipements professionnels en inox.

Contactez Fabian ou Nicolas

 

[+] Lire la suite


THON ROUGE : Communiqué de Presse du CNPM

 

Le thon rouge de l’Atlantique et Méditerranée : histoire d’une reconstitution annoncée

Alors que la plénière de la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l’Atlantique (ICCAT en anglais / CICTA en français) se tiendra du 14 au 22 novembre prochain, son comité scientifique vient de rendre ses derniers avis sur l’état des stocks de thons en Atlantique.

Cette année, tous les pêcheurs attendaient avec impatience l’évaluation complète du stock de thon rouge de l’Atlantique et Méditerranée après dix ans de mise en œuvre du plan de reconstitution par l’ICCAT.

Comme lors de derniers avis, les résultats montrent que cette espèce est désormais exploitée de façon optimale et qu'elle répondrait aux objectifs de gestion établis au sein de l’ICCAT.

« Ces résultats ne surprennent pas les pêcheurs qui constatent année après année une présence de plus en plus importante de cette espèce sur tout le littoral métropolitain », annonce Gérard ROMITI, président du CNPMEM. « Les pêcheurs français ont d’ailleurs largement contribué aux efforts pour arriver à ce résultat. Il est grand temps qu’ils se voient récompensés. »

En effet, les avis suggèrent qu’une augmentation progressive du TAC sur trois ans afin d’atteindre un TAC à 35 000T (contre 23 000T aujourd’hui) permettrait une exploitation du stock au niveau du rendement maximal durable.

Ces résultats confirment les observations des pêcheurs et notamment bretons qui ont signalé durant tout l'été la présence de thon rouge le long du littoral notamment dans les Côtes d'Armor.

Il est donc loin le scénario de l'extinction annoncé par les ONG à grand renfort de campagnes médiatiques.

Maintenant, le stock se situe à un de ces niveaux les plus hauts.

Il est donc grand temps de réhabiliter le thon rouge dans nos assiettes !

 

Communiqué de Presse du 9/10/17

 

[+] Lire la suite